La désinfection annuelle des ouvrages d’eau potable

La désinfection annuelle des ouvrages d’eau potable est une pratique courante pour maintenir la qualité de l’eau.

Elle consiste à nettoyer et désinfecter les réservoirs afin de prévenir la croissance de bactéries et ainsi maintenir des normes de qualité de l’eau élevées, le but premier étant d’assurer la sécurité des consommateurs.

Cette intervention peut interférer sur le fonctionnement du réseau puisque les niveaux seront plus bas que la normale.

L’opération débutera lundi 05/02/2024 pour les communes de Noves, Orgon, Plan d’Orgon et Saint-Andiol jusqu’au jeudi 08/02/2024 inclus.

Pour les communes de Châteaurenard et Graveson, la désinfection aura lieu du mardi 20/02/2024 au jeudi 22/02/2024 inclus.

Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

La Régie investit pour vous !

Les évolutions tarifaires de l’eau et de l’assainissement votées par le conseil d’administration de la Régie le 19/12/2023 sont liées d’une part à l’augmentation du coût de l’énergie qui a fortement impacté en 2022 et 2023 le coût de production d’eau potable et de traitement des eaux usées, et d’autre part aux besoins de renouvellement des infrastructures vieillissantes et d’évolution du patrimoine.

Ainsi, la Régie des Eaux de Terre de Provence a investi près de 1 950 000 € HT en 2022 pour mener les opérations de réhabilitation suivantes :

  • Réhabilitation des stations de pompage et des systèmes de traitement d’eau potable des usines d’Eyragues, des Paluds-de-Noves, de Mollégès et de Châteaurenard.
  • Réhabilitation de réseaux Ilot Atec à Châteaurenard
  • Réhabilitation des réseaux de la zone industrielle du Pont à Plan d’Orgon
  • Réhabilitation de l’avenue du Comtat et de l’impasse de la Rossignol à Mollégès
  • Réhabilitation de branchement quartier Saint-Jean à Eyragues
  • Réhabilitation du réseau, montée du calvaire à Châteaurenard
  • Reprise partielle du réseau boulevard Genevet Châteaurenard
  • Réhabilitation du réseau chemin des Iscles à Châteaurenard

En 2023, ce sont près de 2 600 000 € HT de travaux qui ont été réalisés :

  • Réhabilitation des réseaux rue Farigoule à Châteaurenard
  • Réhabilitation des réseaux rue Salengro à Châteaurenard
  • Réhabilitation des réseaux lotissement Flamants Roses à Cabannes
  • Réhabilitation des réseaux avenue de la Libération à Noves
  • Réhabilitation des réseaux ZI des Iscles à Châteaurenard
  • Réhabilitation des réseaux place Victoire à Châteaurenard
  • Réhabilitation du poste de relevage Pastoral à Graveson
  • Réhabilitation des réseaux avenue de Verdun à Graveson

La Régie mène en parallèle de grands projets pour l’évolution de notre patrimoine de l’eau et de l’assainissement :

  • Création d’une station de pompage à Rognonas
  • Déplacement de la station de pompage à Châteaurenard
  • Construction d’une station d’épuration mutualisée des communes de Saint-Andiol et Cabannes
  • Renouvellement des compteurs d’eau potable par la mise en place de compteurs intelligents vous permettant de suivre vos consommations.
  • Sécurisation des alimentations d’eau potable des communes de Barbentane, Eyragues et Orgon.

Consulter la grille des tarifs 2024

REMPLACEMENT DU DEBITMETRE DU RESERVOIR D’EAU POTABLE DE CHÂTEAURENARD – AVENUE DES PINS

Le réservoir des 2 tours à partir duquel l’eau potable est distribuée sur la commune de Châteaurenard, est alimenté par la station de pompage des Confines.
 
Une station de pompage d’eau potable utilise des pompes pour aspirer l’eau brute depuis une ressource. Dans le cas de l’ouvrage des Confines, il s’agit de la nappe alluviale de la Durance. L’eau pompée ne subit qu’une désinfection au chlore.
 
Le réservoir permet de répondre à la demande variable des consommateurs en régulant la distribution d’eau potable.

Chambres à vannes de distribution, remplissage et vidange du réservoir en sous-sol.

Le débitmètre électromagnétique en sortie du réservoir d’eau potable va être remplacé par les agents de la Régie des Eaux Terre de Provence.

Débitmètre électromagnétique à remplacer.

Vue de la coursive du réservoir en sous-sol.

Zone d’intervention du débitmètre à remplacer dans la coursive du réservoir en sous-sol.

C’est un moyen de comptage permettant de mesurer quotidiennement le volume global d’eau potable consommé par la commune, mais aussi de déceler de potentielles anomalies sur le réseau d’adduction d’eau (fuites, dégâts sur conduite…). Une défaillance de la partie électronique a été détectée sur ce matériel, ne donnant plus lieu à la consultation de l’évolution des volumes consommés journalièrement à distance via l’outil de supervision de la Régie des Eaux Terre de Provence.

Outil de supervision – Histogramme volumétrique journalier avec interruption du signal.

Pour réaliser le remplacement de cet instrument de mesures, une coupure générale sera nécessaire pour le bon déroulement de l’intervention.

Afin de limiter la gêne occasionnée auprès de nos abonnés, celle-ci s’effectuera durant la nuit du lundi 15 janvier au mardi 16 janvier 2024.

Réhabilitation du poste de relevage « Pastorale » de GRAVESON

Le poste de relevage situé avenue Auguste Chabaud à Graveson, va être réhabilité par les agents de la Régie des Eaux de Terre de Provence du 4 au 7 décembre 2023.

Comment fonctionne un poste de relevage ?

En résumé, un poste de relevage est essentiel pour transporter les eaux des endroits situés en contrebas vers des points plus élevés, garantissant ainsi une évacuation efficace des eaux usées.

Comment l’anomalie a-t-elle été diagnostiquée ?

À la suite de la consultation quotidienne de la supervision TOPKAPI, l’équipe exploitation réseau assainissement s’est aperçue que le marnage du poste de relevage Pastorale augmentait anormalement.

En effet, à l’ouverture du poste, elle s’est rendue compte que la conduite de refoulement n°3 était cassée, engendrant un phénomène de feedback (boucle fermée). La pompe recirculant son propre flux, est constamment en fonction, ce qui a pour conséquences une usure prématurée de la pompe, une surconsommation énergétique…

Poste de relevage 3 pompes de Graveson « Pastorale »

1- Arrivée principale des eaux usées
2- Pompes de relevage
3- Conduites de refoulement
4- Barres de guidage

5- Traverse principale
6- Vannes de fermeture à volant
7- Clapets boule
8- Refoulement des eaux usées

Quelles solutions vont être apportées ?

Lors d’un contrôle général, les équipes d’exploitation ont constaté que l’acier était corrodé, du fait de sa vétusté. De ce fait, les refoulements des parties hydrauliques seront remplacés par des conduites en PVC pression, la traverse principale, les supports de guide des 3 pompes ainsi que les trappes d’accès seront renouvelés par du matériel inoxydable.

Le déroulement des travaux (délimités par la zone verte ci-après) va se faire en quatre étapes sur plusieurs jours :

  • 1erétape : l’équipe travaux publics de la Régie va intervenir sur la partie terrassement de la façon suivante :
    • Pose d’un balisage de chantier
    • Découpe du béton désactivé et terrassement de la zone d’intervention
    • Evacuation des gravats
  • 2ème étape : L’entreprise MAURIN aura à sa charge le nettoyage intérieur du poste de relevage. Elle mettra en place un ballon obturateur sur la canalisation de l’entrée principale, permettant de dévoyer les eaux usées vers un autre regard d’évacuation évitant la surcharge du réseau.
  • 3ème étape : l’équipe exploitation travaux, composée de 4 agents, interviendra sur toute la partie travaux de réhabilitation (chaudronnerie, plomberie…) et réalisera la mise en place du matériel CATEC (Certificat d’Aptitude à Travailler en Espaces Confinés) afin d’effectuer un travail en toute sécurité.
    • Intervention sur poste de relevage
    • Intervention sur la chambre à vannes
    • Remplacement des trappes d’accès
  • Les intervenants dans le domaine de l’eau et de l’assainissement sont particulièrement exposés à des dangers importants car les espaces confinés sont souvent clos et exigus voire insalubres ou pollués avec des accès restreints.

    Pour réaliser l’intervention sur le poste de relevage Pastorale (représentation ci-après), des moyens de prévention appropriés seront déployés.

    Dans un premier temps, un balisage de la zone sera mis en place avec des barrières de protection. Un système de ventilation forcé sera installé afin d’extraire l’air vicié H2S (sulfure d’hydrogène : est un composé chimique constitué de soufre et d’hydrogène). A l’aide d’un détecteur d’atmosphère, un contrôle du taux d’H2S sera analysé tout le long de l’intervention.

    Un trépied avec son treuil antichute à rappel automatique sera positionné pour la remontée de l’agent en cas d’urgence.

    Les intervenants seront équipés :

    • D’un harnais
    • D’un masque autosauveteur
    • D’un casque
    • D’une lampe torche

Tout le long de l’opération, les agents doivent rester en contact visuel, le cas échéant, ils seront équipés de sifflet pour communiquer entre eux.

Source INRS : Institut national de recherche et de la sécurité

  • 4éme étape : L’équipe travaux publics s’occupera de reniveler la zone d’intervention. A la suite de cela, une société extérieure sera mandatée pour la réfection du béton désactivé.

Cette intervention n’aura aucune incidence sur les abonnés de la commune.

REMPLACEMENT DU DEBITMETRE DU RESERVOIR D’ORGON NOTRE-DAME DE BEAUREGARD

Le débitmètre électromagnétique en sortie de réservoir Notre-Dame-de -Beauregard sur la commune d’Orgon va être remplacé par les agents de la Régie des Eaux Terre de Provence.

Débitmètre électromagnétique.

C’est un moyen de comptage permettant de mesurer quotidiennement le volume global d’eau potable consommé par la commune. Mais également de déceler de potentielles anomalies sur le réseau d’adduction d’eau (baisse de pression, fuites…).

Une défaillance de la partie électronique a été détectée sur ce matériel, ne donnant plus lieu à la consultation de l’évolution des volumes consommés à distance via l’outil de supervision de la Régie des Eaux Terre de Provence.

Courbes de mesure débitmétrique avec interruption du signal.

Afin de limiter la gêne occasionnée auprès de nos abonnés, le remplacement de cet instrument de mesures nécessitant une coupure générale, s’effectuera dans la nuit du lundi 13 novembre au mardi 14 novembre 2023.

Zone d’intervention : Chambre à vannes du réservoir de Notre-Dame-de-Beauregard.

STATION DE POMPAGE ROGNONAS : Mas du Temple

Le projet de création du champ captant d’eau potable de Rognonas, initié par la commune en 2019 pour ses besoins propres, est désormais poursuivit par la Régie des Eaux de Terre de Provence dans la perspective de sécuriser également la desserte en eau des communes voisines.

Trois forages à 27 m de profondeur sont désormais réalisés, sur le secteur de la draille du Moulin, entre Durance au nord, et zone urbanisée éloignées au sud. Leur mise en exploitation nécessite encore l’aboutissement de deux grandes étapes préalables :

  • Le déroulement des procédures administratives complémentaires et de l’enquête publique envisagée courant 2023, et devant notamment permettre d’instaurer les périmètres de protection ;
  • La réalisation des travaux de construction de la station de pompage et de raccordement aux réseaux d’eau existants de Rognonas, également programmés pour la période 2023/2024.

L’objectif d’exploitation du champ captant est fixé à 300 m3/h, pour couvrir à long terme les besoins en eau du territoire. Le raccordement actuel au réseau d’eau potable d’Avignon sera conservé en secours.

Chaque forage sera ainsi équipé d’une pompe à variation de vitesse, permettant d’extraire entre 100 m3/h et 200 m3/h par forage, tout en optimisant les dépenses énergétiques. La permutation des périodes de fonctionnement des différents forages permettra de limiter leur vieillissement, et de préserver la productivité de l’aquifère.

Les pompes de forage rempliront les bâches de reprises à construire sur site, depuis lesquelles de nouvelles pompes assureront la desserte en eau des usagers, 24h/24, 365j/an, au gré du tirage sur le réseau.

Travaux de foration mars 2022

Rejet d'eaux claires au canal des Alpines pendant les essais de pompage des forages

L’aquifère exploité par les forages correspond à la nappe de la Durance, dont la puissance et la qualité sont aujourd’hui des atouts majeurs pour la production d’eau potable, malgré les évolutions climatiques et leurs incidences sur les nappes. La qualité de l’eau prélevée au niveau du champ captant satisfait en tout point les exigences sanitaires, et permettra de mettre en distribution une eau de qualité après désinfection obligatoire au chlore gazeux.

Les couches géologiques traversées se traduisent par une succession de matériaux limoneux d’abord, puis majoritairement composés de graviers, zone productive de l’aquifère, au niveau de laquelle ont été placées les crépines en inox.

Coupe géologique du forage F3 à Rognonas

Zone d’implantation :

Secteur du Mas du Temple en rive gauche de Durance, au nord de la zone urbaine du village.

Suivi sécheresse

Ressources exploitées sur le périmètre de la Régie

100% des ressources exploitées pour l’alimentation en eau potable en Terre de Provence proviennent des eaux souterraines.

  • 95% du volume prélevé dans la nappe alluviale de la Durance.
  • 5% dans les calcaires de la Montagnette, alimentés à la fois par la Durance, le Rhône, et les précipitations directes sur le massif (ne concerne que Barbentane, qui intégrera la Régie en 2026)

Les eaux souterraines présentant l’avantage d’être naturellement mieux protégées que les eaux superficielles, elles représentent la ressource vers laquelle le territoire s’oriente pour renforcer la sécurisation à long terme de son approvisionnement, particulièrement sur les secteurs aujourd’hui dépourvus de solutions de secours.

 

L’évolution des niveaux de nappe au fil du temps – Zoom sur la saisonnalité au puits de Saint-Andiol

En Terre de Provence, les niveaux de nappe sont étroitement liés à ceux de la Durance, eux-mêmes largement stabilisés par les aménagements hydroélectriques amont d’une part, et les seuils successifs qui la jalonnent à partir de Bonpas d’autre part.

Les réseaux d’irrigation gravitaire qui sillonnent le secteur depuis les prises d’eau sur la Durance influencent aussi le niveau de la nappe, la réhaussant localement de quelques dizaines de centimètres pendant la période d’arrosage (printemps/été).

A l’échelle annuelle, le niveau piézométrique des nappes exploitées sur notre territoire varie ainsi modestement sur des amplitudes de +/- 1 à 2 mètres environ, en fonction de la saison et des spécificités des différents sites de production. Malgré un battement de nappe entre la période d’irrigation et la période de chômage des canaux de l’ordre de 1,5 mètres environ, le puits de Saint Andiol correspond à l’un des ouvrages où ces variations saisonnières sont le plus visibles.

La très bonne stabilité générale des niveaux de nappe au droit des ouvrages de production d’eau potable du territoire tient à l’exceptionnelle puissance de la nappe de Durance. Celle-ci constitue un atout majeur pour la continuité de la production au bénéfice de nos 13 communes, mais exige aussi que son usage soit exercé avec raison et professionnalisme de façon à en préserver durablement la qualité et la disponibilité.

 

Rétrospective piézométrique à l’échelle annuelle – application au captage de Graveson

D’une année à l’autre, les niveaux piézométriques observés peuvent varier sur le territoire, mais le suivi permanent des données permet à chaque instant de contextualiser la mesure, et d’en appréhender avec justesse les incidences éventuelles sur le fonctionnement des systèmes de production.

A titre d’exemple, la ligne rouge sur le graphique ci-dessous représente l’évolution du niveau piézométrique de la nappe de Durance au niveau du Puits Saint Martin à Graveson.

Les années s’enchainent et se ressemblent beaucoup. Néanmoins, l’année 2022 fait référence en termes de sécheresse et de déficit pluviométrique à l’échelle nationale et locale.

Sur le captage de Graveson, il a été observé cette année-là des niveaux historiquement bas, sans pour autant que s’observe une incidence directe sur les capacités de production (ces valeurs historiquement basses sont inférieures aux valeurs estivales usuelles d’une dizaine de centimètres seulement).

Pendant la période malheureuse des incendies de la Montagnette en 2022, sur le secteur de Graveson/Maillane tout comme sur celui de Barbentane, la continuité de la desserte en eau a été mise à mal quelques journées. Ces ruptures de l’approvisionnement n’étaient pas liées à des limites de l’aquifère, mais au déséquilibre quantitatif entre les prélèvements d’eau pour la lutte, et la capacité de renfort qu’ont pu apporter les infrastructures d’alimentation en eau potable de la zone urbaine.

En 2023, les niveaux du mois d’Août au puits de Graveson sont équivalents aux niveaux moyens constatés sur les 5 dernières années.

 

Panorama des nappes – focus sur le mois d’Août

Pour l’ensemble de nos captages en nappe alluviale, l’actualité des niveaux de nappe n’augure à ce jour aucun pessimisme pour la fin d’année en cours (représentée en rouge sur les graphiques ci-dessous). Les niveaux du mois d’août 2023 sont parfois assez proches des maximums observés sur les 5 dernières années, et quasi-systématiquement supérieurs à ceux de l’année 2022.

A Barbentane, l’aquifère karstique présente un niveau piézométrique au droit du forage F1 supérieur de 9 mètres à celui du mois d’août 2022, et relativement proche du maximum historique observé au cours des 5 dernières années.

A l’inverse des captages en nappe alluviale, le niveau piézométrique de l’aquifère exploité par les forages de Barbentane est significativement corrélé aux productions journalières d’eau potable, dont la diminution est attendue au courant du mois de septembre en lien avec la baisse des températures, la réduction des arrosages, et la modération générale des consommations.

Aucun risque quantitatif majeur de rupture des capacités de production de l’aquifère n’est redouté pour la fin d’année en cours.

Les tendances pour la fin d’année 2023

Des niveaux de nappe qui globalement devraient se maintenir autour de la normale sur chaque site de production de l’agglomération de Terre de Provence.

Une vigilance à maintenir toutefois face à l’allongement des périodes de sécheresse, et à leurs décalages dans les saisons.

Des attitudes économes et responsables à poursuivre :

  • pour les services gestionnaires en termes de réductions des fuites et de renouvellement patrimonial des infrastructures,
  • pour toutes les catégories d’usagers en termes de rationalisation des consommations.

Le niveau de vigilance Préfecture

La préfecture des Bouches-du-Rhône a mis en place un suivi de la sécheresse à l’échelle du département, gradué suivant 4 seuils successifs.

Le secteur de Terre de Provence n’est à ce jour encore qu’en niveau de vigilance simple (niveau 1 sur 4), mais la situation pourrait évoluer si le déficit pluviométrique venait à persister.

Les niveaux 2 à 4 sont des niveaux de limitation, pour lesquels des mesures de restrictions et d’adaptations sont rendues obligatoires, et dont le détail est disponible pour chaque catégorie d’usager sur le site de la préfecture https://www.bouches-du-rhone.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/La-secheresse/Secheresse-2023

Rapport sur le Prix et la Qualité des Services Publics d’eau et d’assainissement en 2022 (RPQS)

Le rapport sur le Prix et la Qualité des Services Publics d’eau et d’assainissement (RPQS) en 2022 vient de paraître et peut être consulté à la page : https://eaux-terredeprovence.fr/rapports-dactivite
 
Ce document établi conformément au Code général des collectivités territoriales fait la photographie de la situation sur l’eau et l’assainissement en 2022 à l’échelle de l’agglomération de Terre de Provence au travers de nombreux indicateurs.
 
Il est publié en écho avec le 13 ème rapport national de
l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement (https://www.ofb.gouv.fr/actualites/publication-du-13eme-
  • Ce qu’il faut retenir:

Une baisse de l’ordre de 5 % de la consommation d’eau potable distribuée est constatée sur la période 2020-2022. La qualité de la ressource et de l’eau potable distribuée sur l’ensemble des 13 communes était en tout point conforme aux exigences réglementaires du Code de la santé publique.

S’il s’améliore très significativement depuis 3 ans, le rendement hydraulique (soit le rapport entre volumes d’eau consommés et volumes d’eau produits) du réseau de distribution d’eau potable à Orgon reste en deçà du seuil réglementaire, lequel n’est par ailleurs plus respecté à Eyragues depuis 2022. C’est là la confirmation que la réparation et le renouvellement des réseaux nécessitent un effort d’investissement permanent si l’on veut atteindre le rendement cible de 85 %.

La conformité des systèmes d’assainissement, c’est-à-dire des ensembles réseaux de collecte et usines de traitement des eaux usées, ne s’améliore pas. La Régie des eaux mène des projets de reconstruction d’ouvrages (comme celui de la station d’épuration mutualisée de Cabannes-Saint-Andiol) pour le renouvellement d’un patrimoine particulièrement vieillissant et dont les performances doivent être améliorées.

Enfin, la convergence des prix de l’eau et de l’assainissement sur le territoire se poursuit dans l’objectif que les tarifs soient unifiés au 1er janvier 2026. Le montant de la facture annuelle d’eau et d’assainissement, de 490,20 € TTC/an soit 40,85 € TTC/mois en moyenne au 1er janvier 2023, reste inférieure à celui de la facture dont s’acquitte en moyenne un abonné en France métropolitaine (520,80 € TTC/an, soit 43,40 € TTC/mois au 1er janvier 2022, avant inflation).

Commune de Barbentane – Chemin de la Ramière – RÉTROSPECTIVE 1er SEMESTRE 2023

La commune de Barbentane n’a pas encore été intégrée dans le territoire de la Régie des Eaux de Terre de Provence, mais aux termes des contrats de délégation des services publics de l’eau et de l’assainissement en 2026, celle-ci rejoindra les douze autres communes de la communauté d’agglomération.

Le 21 février 2023, des travaux de réhabilitation du réseau EU (Eaux Usées) et la reprise de certains branchements AEP (Alimentation en Eau Potable) sur le chemin de la Ramière à Barbentane ont été réalisés en collaboration avec l’agglomération de Terre de Provence via l’ACCM (SAUR).

Dans un premier temps, un état des réseaux EU et AEP a été exécuté avec la SAUR (passage caméra EU, contrôle des vannes, états des branchements AEP) avant de débuter les futurs travaux de réaménagement de cette voirie prévue par la mairie de Barbentane.

Un chemisage du réseau principal d’assainissement ainsi que certains raccordements des particuliers ont été effectués par l’entreprise REHACANA.

L’entreprise EHTP a repris tous les raccordements EU avec pose de tabourets à passage direct en DN315/160 et la pose de tuyaux PVC en DN160. Les regards de tronçons ont été réhabilités par un enduit étanche.

La société EHTP a œuvrée sur la partie eau potable, notamment en effectuant la réhabilitation et la création de branchements AEP. Les compteurs ont été sortis sur le domaine public et les bouches à clés qui n’étaient plus conformes au cahier des prescriptions ont également été changés.

Commune de Châteaurenard – Avenue des Confignes et Avenue des Iles – RÉTROSPECTIVE 1er SEMESTRE 2023

La Régie des Eaux a entrepris des travaux sur les infrastructures d’eau et d’assainissement collectif de la commune de Châteaurenard, au niveau des avenues des Confignes et des Iles en zone industrielle des Iscles.

Ce chantier vise d’une part à réhabiliter un patrimoine vieillissant afin de lui redonner une qualité de fonctionnement compatible avec le développement du territoire pour les 40 prochaines années, et s’inscrit d’autre part dans une démarche de requalification générale des infrastructures collectives en périphérie du pôle logistique en cours de construction.

Préalablement à la réfection des voiries, ces travaux répondent également au besoin d’anticiper les modifications relatives à la gestion des effluents de la zone industrielle des Iscles, actuellement traités par une station d’épuration locale et ancienne, mais à terme redirigés sur le site de la station d’épuration principale de Châteaurenard.

Les travaux portés par la Régie des Eaux comprennent notamment le renouvellement d’environ 800 mètres linéaires de collecteurs gravitaires en diamètre 200 mm, jusqu’à des profondeurs de plus de 3 mètres, et la reprise des branchements d’eaux usées impactés. En parallèle du réseau gravitaire, et afin d’optimiser le coût global de l’opération, sont également implantés les réseaux qui permettront à terme de mettre en service le transfert des effluents de la zone industrielle vers la station d’épuration principale de Châteaurenard.

Les investissements portés par la Régie des Eaux pour cette première tranche de travaux représentent un montant de 600 000 €HT, et bénéficient d’un co-financement du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône.

Sur le réseau d’eau potable, les travaux de renouvellement ponctuels sont principalement dédiés à la mise en sécurité du fonctionnement des infrastructures. Ils permettront également d’en améliorer les performances d’exploitation, et de favoriser la sécurisation de la desserte en eau sur la zone industrielle à plus long terme.

Avec un démarrage de chantier au 15 mars 2023, et pour une durée prévisionnelle de travaux de 4 à 5 mois, la fin de l’opération de la Régie est programmée pour fin juillet 2023, et laissera place aux travaux de voirie.