La Régie des Eaux de Terre de Provence

présentation

La Régie des Eaux de Terre de Provence a été créée le 1er janvier 2020 en application de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) qui prévoyait le transfert à cette date des compétences eaux et assainissement aux communautés d’agglomération.

Il s’agit d’une régie personnalisée c’est-à-dire qui dispose de sa propre personnalité morale, juridique et financière, et qui intervient en tant qu’opérateur des services de l’eau, de l’assainissement collectif et de l’assainissement autonome en relation étroite avec la Communauté d’agglomération de Terre de Provence.

En optant pour la solution « régie », comme de plus en plus de collectivités en France, les élus ont fait le choix d’une plus grande proximité et efficacité de service, de la solidarité tarifaire (un prix de l’eau unique à l’échelle de la régie pour un service rendu équivalent pour tous), et d’une vision à long terme pour une gestion durable de la ressource en eau dans un contexte de réchauffement climatique.

Aqui l'aigo es d'or

Les enjeux et l'ambition de la régie

Dans un contexte de dérèglement climatique, l’accès durable et pour tous à une eau de bonne qualité et en quantité suffisante est un enjeu majeur pour le territoire.

Par ailleurs, les infrastructures d’eau et d’assainissement sont globalement vieillissantes. Leurs performances doivent être améliorées en détectant, en résorbant les fuites d’eau afin de limiter l’utilisation de la ressource, en améliorant le traitement des eaux usées pour réduire l’impact sur le milieu naturel et respecter les exigences réglementaires…

Pour répondre à ces objectifs, la Régie des Eaux de Terre de Provence se réorganise et prévoit de procéder à des investissements d’envergure : plus de 50 millions d’euros devraient être consacrés au cours des prochaines années à la rénovation des installations d’eau et d’assainissement parmi lesquels la rénovation de la station de pompage d’eau d’Orgon, la construction de la station d’épuration mutualisée de Cabannes-St-Andiol (13 500 équivalents-habitant) et la création de captages d’eau à Rognonas ainsi qu’à Châteaurenard. Bien d’autres sont à l’étude.

Enfin, à l’ère du numérique, le service aux usagers doit être renforcé. Des services personnalisés pour le suivi de leur consommation et la mensualisation des factures d’eau seront proposés à l’horizon 2022-2023.

Une réflexion sur l’évolution des prix de l’eau et de l’assainissement à l’échelle du territoire est actuellement menée afin d’harmoniser des tarifs très hétérogènes entre communes et de mener les investissements nécessaires pour le maintien d’un patrimoine globalement vieillissant.