Suivi sécheresse

Ressources exploitées sur le périmètre de la Régie

100% des ressources exploitées pour l’alimentation en eau potable en Terre de Provence proviennent des eaux souterraines.

  • 95% du volume prélevé dans la nappe alluviale de la Durance.
  • 5% dans les calcaires de la Montagnette, alimentés à la fois par la Durance, le Rhône, et les précipitations directes sur le massif (ne concerne que Barbentane, qui intégrera la Régie en 2026)

Les eaux souterraines présentant l’avantage d’être naturellement mieux protégées que les eaux superficielles, elles représentent la ressource vers laquelle le territoire s’oriente pour renforcer la sécurisation à long terme de son approvisionnement, particulièrement sur les secteurs aujourd’hui dépourvus de solutions de secours.

 

L’évolution des niveaux de nappe au fil du temps – Zoom sur la saisonnalité au puits de Saint-Andiol

En Terre de Provence, les niveaux de nappe sont étroitement liés à ceux de la Durance, eux-mêmes largement stabilisés par les aménagements hydroélectriques amont d’une part, et les seuils successifs qui la jalonnent à partir de Bonpas d’autre part.

Les réseaux d’irrigation gravitaire qui sillonnent le secteur depuis les prises d’eau sur la Durance influencent aussi le niveau de la nappe, la réhaussant localement de quelques dizaines de centimètres pendant la période d’arrosage (printemps/été).

A l’échelle annuelle, le niveau piézométrique des nappes exploitées sur notre territoire varie ainsi modestement sur des amplitudes de +/- 1 à 2 mètres environ, en fonction de la saison et des spécificités des différents sites de production. Malgré un battement de nappe entre la période d’irrigation et la période de chômage des canaux de l’ordre de 1,5 mètres environ, le puits de Saint Andiol correspond à l’un des ouvrages où ces variations saisonnières sont le plus visibles.

La très bonne stabilité générale des niveaux de nappe au droit des ouvrages de production d’eau potable du territoire tient à l’exceptionnelle puissance de la nappe de Durance. Celle-ci constitue un atout majeur pour la continuité de la production au bénéfice de nos 13 communes, mais exige aussi que son usage soit exercé avec raison et professionnalisme de façon à en préserver durablement la qualité et la disponibilité.

 

Rétrospective piézométrique à l’échelle annuelle – application au captage de Graveson

D’une année à l’autre, les niveaux piézométriques observés peuvent varier sur le territoire, mais le suivi permanent des données permet à chaque instant de contextualiser la mesure, et d’en appréhender avec justesse les incidences éventuelles sur le fonctionnement des systèmes de production.

A titre d’exemple, la ligne rouge sur le graphique ci-dessous représente l’évolution du niveau piézométrique de la nappe de Durance au niveau du Puits Saint Martin à Graveson.

Les années s’enchainent et se ressemblent beaucoup. Néanmoins, l’année 2022 fait référence en termes de sécheresse et de déficit pluviométrique à l’échelle nationale et locale.

Sur le captage de Graveson, il a été observé cette année-là des niveaux historiquement bas, sans pour autant que s’observe une incidence directe sur les capacités de production (ces valeurs historiquement basses sont inférieures aux valeurs estivales usuelles d’une dizaine de centimètres seulement).

Pendant la période malheureuse des incendies de la Montagnette en 2022, sur le secteur de Graveson/Maillane tout comme sur celui de Barbentane, la continuité de la desserte en eau a été mise à mal quelques journées. Ces ruptures de l’approvisionnement n’étaient pas liées à des limites de l’aquifère, mais au déséquilibre quantitatif entre les prélèvements d’eau pour la lutte, et la capacité de renfort qu’ont pu apporter les infrastructures d’alimentation en eau potable de la zone urbaine.

En 2023, les niveaux du mois d’Août au puits de Graveson sont équivalents aux niveaux moyens constatés sur les 5 dernières années.

 

Panorama des nappes – focus sur le mois d’Août

Pour l’ensemble de nos captages en nappe alluviale, l’actualité des niveaux de nappe n’augure à ce jour aucun pessimisme pour la fin d’année en cours (représentée en rouge sur les graphiques ci-dessous). Les niveaux du mois d’août 2023 sont parfois assez proches des maximums observés sur les 5 dernières années, et quasi-systématiquement supérieurs à ceux de l’année 2022.

A Barbentane, l’aquifère karstique présente un niveau piézométrique au droit du forage F1 supérieur de 9 mètres à celui du mois d’août 2022, et relativement proche du maximum historique observé au cours des 5 dernières années.

A l’inverse des captages en nappe alluviale, le niveau piézométrique de l’aquifère exploité par les forages de Barbentane est significativement corrélé aux productions journalières d’eau potable, dont la diminution est attendue au courant du mois de septembre en lien avec la baisse des températures, la réduction des arrosages, et la modération générale des consommations.

Aucun risque quantitatif majeur de rupture des capacités de production de l’aquifère n’est redouté pour la fin d’année en cours.

Les tendances pour la fin d’année 2023

Des niveaux de nappe qui globalement devraient se maintenir autour de la normale sur chaque site de production de l’agglomération de Terre de Provence.

Une vigilance à maintenir toutefois face à l’allongement des périodes de sécheresse, et à leurs décalages dans les saisons.

Des attitudes économes et responsables à poursuivre :

  • pour les services gestionnaires en termes de réductions des fuites et de renouvellement patrimonial des infrastructures,
  • pour toutes les catégories d’usagers en termes de rationalisation des consommations.

Le niveau de vigilance Préfecture

La préfecture des Bouches-du-Rhône a mis en place un suivi de la sécheresse à l’échelle du département, gradué suivant 4 seuils successifs.

Le secteur de Terre de Provence n’est à ce jour encore qu’en niveau de vigilance simple (niveau 1 sur 4), mais la situation pourrait évoluer si le déficit pluviométrique venait à persister.

Les niveaux 2 à 4 sont des niveaux de limitation, pour lesquels des mesures de restrictions et d’adaptations sont rendues obligatoires, et dont le détail est disponible pour chaque catégorie d’usager sur le site de la préfecture https://www.bouches-du-rhone.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/La-secheresse/Secheresse-2023

Partager sur :

Autre actu

La Régie investit pour vous !

Les évolutions tarifaires de l’eau et de l’assainissement votées par le conseil d’administration de la Régie le 19/12/2023 sont liées d’une part à l’augmentation du

Suivez nous sur les réseaux sociaux